Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Histoire soviétique
  • : Sur l'histoire de la Russie et de l'Union soviétique
  • Contact

Translittération du cyrillique

Ce blog utilise le système international de translittération de l'alphabet cyrillique ISO 9 : 1995 link

Recherche

Archives

19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 21:29

La Douma d’Etat a adopté en seconde lecture l’instauration d’une nouvelle commémoration officielle : le Jour du Baptême de la Russie (plus précisément de la Rus’). Cette journée sera incluse dans la liste des commémorations officielles arrêtées par la loi sur « les Jours des gloires militaires et des dates commémoratives de Russie ».

Le projet de loi est à l’origine une initiative du concile épiscopal de l’Eglise orthodoxe russe de 2008, qui avait adressé un appel en ce sens aux présidents russe, ukrainien et biélorusse. L’Ukraine a adopté une telle commémoration dès 2008.

Le jour commémoratif du baptême de la Rus’ est fixé au 28 juillet, date à laquelle l’Eglise orthodoxe célèbre le baptême du prince Vladimir de Kiev en 988, qui scella l’adoption du christianisme comme religion de la Russie kiévienne.

 

Les jours de commémoration

« Les Jours des gloires militaires et des dates commémoratives de Russie » ne sont pas des jours fériés. Le Jour du Baptême de la Rus’ sera la neuvième commémoration à s’inscrire dans ce cadre. On y compte déjà :

Le Jour des étudiants, le 25 janvier, pour commémorer l’ukaz de Catherine II du 13 janvier (ancien style) 1755 qui fonde l’Université de Moscou.

Le Jour des cosmonautes, le 12 avril, pour commémorer le voyage de Ûrij Gagarin, le 12 avril 1961.

Le Jour du Souvenir et d’Affliction, le 22 juin, pour commémorer l’agression de l’Allemagne nazie et de ses alliés contre l’URSS, le 22 juin 1941.

Le Jour des partisans et des résistants, le 29 juin, instituée en mars 2010, pour commémorer la directive du 29 juin 1941 du Conseil des commissaires du peuple et du Comité Central du Parti Communiste –VKP (b)- aux organismes de l’Etat et du Parti des régions du front fixant comme règle la création de brigades de partisans sur les arrières de l’ennemi. Ce Jour sera commémoré pour la première fois le 29 juin prochain.

Le Jour de solidarité avec la lutte contre le terrorisme, le 3 septembre, pour commémorer la prise d’otages dans une école maternelle de Beslan (Ossétie du Nord), du 1er au 3 septembre 2004, au cours et à l’issue de laquelle 300 personnes, dont 190 enfants, trouvèrent la mort.

Le Jour de la Révolution d’Octobre, le 7 novembre, pour commémorer la Révolution du 25 octobre (ancien style) 1917

Le Jour des héros de la nation, le 9 décembre, pour commémorer l’instauration de l’ordre de saint Georges le Victorieux par Catherine II en 1769. Cette décoration militaire fut supprimée en novembre 1917 et restaurée en 2000. A noter que les couleurs de cet ordre furent reprises pour le ruban de la médaille pour la victoire sur l'Allemagne dans la grande guerre patriotique de 1941-45 et sont devenues ces dernières années le symbole de la Victoire de 1945.

Le Jour de la Constitution, le 12 décembre, pour commémorer l’adoption par référendum de la constitution de la Fédération de Russie le 12 décembre 1993, après le coup d’Etat de Boris El’cin d’octobre 1993. 

 

988 ?

La date choisie pour le baptême de la Rus’ commémore donc la conversion du prince de Kiev Vladimir au christianisme, qui reçut le baptême à l’église Saint-Basile de Kherson, selon la « Chronique de Nestor » (1). Vladimir, qui règne seul à Kiev de 980 à 1015, est vite considéré comme un saint voire un apôtre par l’Eglise orthodoxe russe, qui met en avant le concept de « Baptême de la Rus’ » ou de « Baptême de la Russie ». En réalité, la grand-mère de Vladimir, Olga, qui règne à Kiev de 945 à 962 environ, s’est déjà convertie et il existe une communauté chrétienne non négligeable à Kiev dans la seconde moitié du Xe siècle. Une bonne partie de l’aristocratie est plus ou moins influencée par le christianisme dès cette période et les dieux païens deviennent de plus en plus folkloriques. La conversion de Vladimir se situe de plus dans un courant global de christianisation des états d’Europe de l’Est, après celle du duc de Pologne, Mieszko Ier, en 967, et celle d’Etienne de Hongrie en 985.

Byzance alors est le principal partenaire commercial de Kiev. Il est naturel de ce point de vue que les Kiéviens se soient tournés vers le christianisme grec plutôt que le christianisme latin. Début 988, l’empereur byzantin Basile II, contesté par une rébellion militaire et menacé par les raids bulgares, est à la recherche de soutiens militaires. Il appelle Vladimir, qui envoie 6000 hommes, qui contribuent en 989 à rétablir l’autorité de l’empereur byzantin. En échange, le prince de Kiev épouse une des sœurs de l’empereur, ce qui lui confère un important prestige et l’inscrit dans le concert européen. La condition de cette union est la conversion. Les intérêts conjoncturels de Basile II ont rencontré ceux à plus long terme de Vladimir.

 

Le rôle politique, économique et social croissant de l’Eglise orthodoxe

Selon Sergej Markov, vice-président du comité de la Douma pour les unions sociales et les organisations religieuses, cette décision n’est pas contradictoire avec le caractère laïc de l’Etat, fixé par la constitution. Il est cependant difficile de ne pas y voir une étape supplémentaire dans le renforcement de l’Eglise orthodoxe en Russie, après les restitutions en cascade de terrains et de bâtiments, voire d’œuvres d’arts, nationalisés à la suite de la Révolution d’Octobre et après l’instauration de cours de religion et de morale à l’école.  

 

(1) Chronique de Nestor (Récit des temps passés) : Naissance des mondes russes / Traduite du vieux-russe par Jean-Pierre Arrignon. [Toulouse] : Anacharis, [2008], p. 132.

 

Source :

http://www.lenta.ru/news/2010/05/19/baptism/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nicolas 31/05/2010 07:08


Salut,

Votre blog est enrichissant on y apprend des choses intéranssante, je vous souhaite une bonne continuation

Nicolas, Montréal