Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Histoire soviétique
  • : Sur l'histoire de la Russie et de l'Union soviétique
  • Contact

Translittération du cyrillique

Ce blog utilise le système international de translittération de l'alphabet cyrillique ISO 9 : 1995 link

Recherche

Archives

27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 22:10

Le 25 novembre dernier, Nikolaj Ivanovič Pirogov a fêté ses 200 ans. Il est resté dans l’histoire pour avoir été un des fondateurs de la chirurgie militaire et à avoir utilisé l’éther comme anesthésiant.

478px-Ilya Repin Portrait of the Surgeon Nikolay Pirogov 18 

Nikolaj Pirogov est né à Moscou le 13 novembre 1810 (en calendrier grégorien, le 25 novembre). Il passe par les facultés de médecine des universités de Moscou et de Derpt (aujourd’hui Tartu, en Estonie). A Derpt, il apprend la chirurgie et en devient le professeur à l’Université dès l’âge de 26 ans. A partir de 1840, il occupe la chaire de chirurgie de l’Académie de médecine militaire à Saint-Pétersbourg. Il utilise pour la première fois l’éther comme anesthésiant en 1847. Il rédige un « Atlas d’anatomie topographique du corps humain », en 4 volumes, qui paraît de 1851 à 1854. Il remporte le prix Demidov (prix scientifique remis chaque année de 1832 à 1865) à trois reprises, en 1844, 1851 et 1860.

Sa réputation internationale s’est construite lors de la guerre de Crimée. Pirogov arrive à Simferopol le 11 décembre 1854. Il est resté comme l’un des pères de la chirurgie sur les champs de bataille. Il est l’un des premiers à avoir utilisé le plâtre pour guérir les cassures osseuses et met au point une nouvelle méthode d’amputation du pied. Il est le premir chirurgien à avoir utilisé un anesthésiant sur le champ de bataille.

Après la fin de la guerre, de retour à Saint-Pétersbourg, il plaide pour l’instruction des pauvres et des femmes, pour la généralisation des institutions d’enseignement secondaire et contre une spécialisation trop précoce. Il retourne ensuite en Crimée, comme superintendant des écoles.

Il se retire en Ukraine, à Višniâ (aujourd’hui, un quartier de la ville de Vinnitsa) et y fonde une clinique.

Il reste cependant très actif. Il participe à la guerre russo-turque de 1877-1878, durant laquelle il met en œuvre ses méthodes. Il meurt le 23 novembre 1881 (en calendrier grégorien : le 5 décembre) à Višniâ. Son corps est embaumé selon une méthode qu’il a mise au point lui-même.

Un film réalisé en 1947 par Grigorij Kozintsev (« Pirogov ») retrace sa biographie.

 

Illustration : portrait de Nikolaj Pirogov par Repin, 1881. Musée russe (Saint-Pétersbourg)

Partager cet article

Repost 0
Published by iskra
commenter cet article

commentaires