Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Histoire soviétique
  • : Sur l'histoire de la Russie et de l'Union soviétique
  • Contact

Translittération du cyrillique

Ce blog utilise le système international de translittération de l'alphabet cyrillique ISO 9 : 1995 link

Recherche

Archives

9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 21:23

 

Le plan d’extermination des peuples soviétiques par les Nazis est complété par la volonté de les annihiler culturellement. La propriété de Léon Tolstoï est un exemple du pillage et de la destruction des biens culturels par l’envahisseur. Le centenaire de la mort de l’écrivain célébré ce mois-ci est une occasion d’y revenir.

 

Tolstoï est né et a passé une partie importante de sa vie dans la propriété familiale de Iasnaïa Poliana, près de Tula. Après sa mort et quelques flottements, la propriété est transformée en musée (par un décret du Comité exécutif central du 10 juin 1921). La décision du pouvoir soviétique a pour objectif de faire de Iasnaïa Poliana, outre un musée, un centre culturel, doté d’une bibliothèque, où seraient organisés spectacles, expositions et conférences sur l’écrivain. Les jardins sont restaurés dans les années 30, les tableaux de la maison de Tolstoï en 1940.

 

En 1941, Iasnaïa Poliana est menacée par l’avancée allemande. La petite-fille de Tolstoï, Sofiâ Andreeva Tolstaâ-Esenina (1900-1957), est alors la directrice du domaine (1). Elle est épaulée par le directeur du musée, Sergej Ivanovič Ŝegolev (mort en 1946). Le 13 octobre 1941, ils organisent l’évacuation de 110 pièces, meubles et objets d’arts vers Moscou, qui seront ensuite dirigés vers Tomsk.

Iasnaïa Poliana fut occupée par les armées allemandes durant 45 jours. Sergej Ivanovič Ŝegolev  décide de rester sur place. Son journal donne de précieuses informations sur les exactions de l’occupant sur le domaine.

La maison de Tolstoï fut incendiée, mais le feu, heureusement, fut contenu grâce à Ŝegolev   et à sa soeur. C’est grâce à eux que la propriété ne fut pas entièrement détruite. Le 15 décembre 1941, Iasnaïa Poliana est libérée.

Dès le mois de mai 1942, les restaurateurs sont à l’œuvre et le domaine rouvre en mai 1945.

 

(1) C’est également la veuve du poète Sergej Esenin, qu’elle épousa quelques mois avant son suicide.

Partager cet article

Repost 0
Published by iskra - dans URSS 1941-1945
commenter cet article

commentaires