Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Histoire soviétique
  • : Sur l'histoire de la Russie et de l'Union soviétique
  • Contact

Translittération du cyrillique

Ce blog utilise le système international de translittération de l'alphabet cyrillique ISO 9 : 1995 link

Recherche

Archives

18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 22:45

 

Voici une traduction d'un article d'Aleksandr Dûkov, directeur de la fondation « Mémoire historique » (Moscou) sur « l'État indépendant de Croatie » (en croate : Nezavisna Država Hrvatska), proclamé il y a 70 ans, le 10 avril 1941. Cette construction politique fasciste envoya des troupes sur le Front de l'Est contre l'Union soviétique. Nous aurons sans doute l'occasion de revenir sur la participation des croates fascistes à la guerre d'extermination en URSS.

Voir l'article original ici: link

 

Le crime impuni : le génocide oublié par l'Europe

 

Il y a 70 ans, en avril 1941, un nouvel état est apparu sur la carte politique du monde, "l'Etat indépendant de Croatie". Fondé sur les ruines de la Yougoslavie occupée par les armées allemandes et italiennes, cette fomation étatique n'a pas duré longtemps: à peine quatre horribles années. Horribles pour la population non croate: les Juifs, les Tsiganes et les Serbes.

 

Le chef de l'État indépendant de Croatie fut le leader de l'organisation radicale "Oustachi" Ante Pavelić. Les Oustachis étaient une organisation nationaliste typique pour l'Europe orientale de l'entre-deux-guerres : terroriste par ses méthodes (c'est notamment par les Oustachis que furent tués en 1934 le roi de Yougoslavie Alexandre et le ministre français des affaires étrangères Louis Barthou) et fasciste par son idéologie. En arrivant au pouvoir, Ante Pavelić s'en prit immédiatement la population non-croate : les Serbes et les Juifs.

Dans l'Etat de Croatie on dénombrait environ 6,5 millions d'habitants, parmi lesquels plus de 2 millions de Serbes (orthodoxes, à la différence des Croates catholiques) et 90 000 Juifs. Dès le 30 avril, fut publié un décret selon lequel les Serbes étaient contraints de porter un brassard bleu marqué de la lettre "P" ([initiale du mot croate n. d.t.] "orthodoxe") et les Juifs un brassard marqué de l'étoile de David. Dans le même temps, les Serbes et les Juifs sont privés de droits civiques. "Les Juifs et les Serbes ne sont pas des citoyens de l'Etat indépendant de Croatie, mais appartiennent à l'état, était-il dit dans les actes officiels. Seuls les Aryens possèdent des droits politiques". Les lieux publics de Croatie étaient marqués de panneaux "entrée intredite aux Serbes, aux Juifs, aux Tsiganes et aux chiens". Peu après commencèrent les expulsions de Serbes et de Juifs de Zagreb et les massacres de masse.

Des massacres furent perpétrés par les Oustachis dans toutes les provinces de Croatie : on tuait par centaines, par milliers les hommes et les femmes, les vieillards et les enfants. "Le 20 août 1941, les Oustachis ont arrété tous les hommes serbes de mon village et les ont conduits dans la foret voisine de Koprivnici, où ils les ont tués, se remémore un témoin des évènements. Puis est venu le tour de leur famille, qui fut tuée sur place. Ils ont violé les femmes et les jeunes filles, leur ont coupé les seins, ont empalé les enfants, ont écartelé les vieillards après leur avoir crevé les yeux".

Bien vite, les massacres décentralisés laissèrent place aux massacres centralisés, dans des "camps d'internement et de travail" fondés durant l'été et l'automne 1941. Le responsable de ces camps, le colonel Vjekoslav Luburić s'est vanté plus tard d'"avoir tué dans le camp de Jacenovac davantage de gens que l'empire ottoman durant toute la longue période d'occupation des pays européens". Le ministre croate de l'intérieur Andrje Artković a déclaré que dans le camp de Jacenovac furent tuées au total 700 000 personnes.

Les déclarations des témoins sur ce qui se passait dans les camps croates soulève l'écoeurement. " Luburić m'ordonna de lever la jambe droite. Je l'ai levée et il a mis un enfant en-dessous. "frappe!", m'ordonna-t-il. J'ai frappé de la jambe et ecrasé la tête de l'enfant".

Au total, sur le territoire de la Croatie entre 1941 et 1945 durent tués, d'après différentes estimations, de 750 000 à 1 million de Serbes, Juifs et Tsiganes. C'est un véritable génocide qui fut déclanché pour des raisons ethno-religieuses. Il est révélateur que dans la Slovénie voisine, partagée entre les zones d'occupation hongroise, italienne et allemande, un tel cauchemar n'eut pas lieu.

Le génocide ethno-religieux commis par les instances de l'Etat indépendant de Croatie est comparable aux crimes nazis en Pologne et dans les territoires occupés de l'Union soviétique. Cependant, les Oustachis avait une ligne politique propre, poursuivaient des objectifs politiques différents de ceux des nazis. Le génocide qu'ils ont commis n'est pas une branche du génocide nazi mais un crime contre l'humanité perpétré dans un processus propre.

Malheureusement, ce crime est resté pratiquement impuni. Le chef de l'État indépendant de Croatie, Ante Pavelić, mourut en décembre 1959 à Madrid, en ayant reçu une bénédiction personnelle du pape Jean XXIII. Le responsable des camps de la mort croates Vjekoslav Luburić, également réfugié à Madrid, mena une riche activité publique et éditoriale jusqu'à son assassinat en 1969 par un inconnu. Le ministre de l'intérieur Andrje Artković se réfugia aux USA, d'où il fut extradé vers la Yougoslavie seulement en 1986, peu avant sa mort. Un des idéologues du génocide, l'archevêque Alojzije Stepinac, qui dirigeait les aumoniers militaires des Oustachis, fut jugé en 1946; cependant il passa en tout et pour tout cinq ans en prison. En 1953, il reçu la dignité cardinalice et en 1998 fut élevé par le pape Jean-Paul II au rang des bienheureux, en dépit des protestations des organisations juives.

Est-ce qu'un jour le génocide des Serbes et des Juifs commis par les instances de l'état croate sera mis sur la place publique à l'échelle de l'Europe tout comme l'Holocauste ou le génocide des Arméniens?

Peut-être. Mais pas tout de suite.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by iskra - dans Holocauste
commenter cet article

commentaires